Featured Video Play Icon

La fable des derviches dévoués – Spiritualité

Les derviches dévoués :

Un jour, l’enfant d’un Sultan était tombé gravement malade. Les médecins avaient tout essayé mais aucun remède ne guérissait l’enfant… ils étaient désespérés.

Le Sultan, malheureux, fit une invocation en promettant de faire une offrande à tous les derviches de sa ville si son enfant viendrait à guérir.

Après plusieurs semaines, le petit enfant a pu retrouver sa santé.

Heureux de le voir guéri, le Sultan prépara des sachets remplis de monnaies, et demanda à son vizir de les distribuer à tous les derviches dévoués de la ville.

Le vizir était un homme malin… il se promena jusqu’au soir à la recherche des derviches dévoués et retourna ensuite au Palais. Une fois arrivé devant le sultan, il déposa sur la table tous les sachets qu’il avait pris au matin avec lui.

Le Sultan lui demanda : Pourquoi tu n’as pas distribué ces offrandes ?

Le Vizir lui dit : J’ai beaucoup cherché mais je n’ai pas pu trouver de derviches en ville

Etonné, le Sultan répliqua : Mais ce n’est pas possible, il y a des centaines de Derviches dans cette ville !

Et c’est à ce moment-là que le Vizir lui dit : Certes il y en a beaucoup, mais les dévoués ne prennent pas d’argent, et ceux qui en prennent ne sont pas dévoués…

Il y a deux leçons dans cette fable.

La première est de faire chacune de nos actions, idéalement utiles à la société, en étant dévoué entièrement, en intégrant toutes les caractéristiques requises et en les en appliquant sans aucune condition et discrimination.

Deuxièmement, c’est qu’il ne faut juger les personnes sur base de leur apparence. Nous connaissons tous le proverbe l’habit ne fait pas le moine que nous pouvons adapter ici en disant que l’habit ne fait pas le derviche.

C’était la fable des derviches dévoués…

# Fable

Laissez un commentaire