C’est une discussion entre la spiritualité et la rationalité.

Un jour, la rationalité est venue auprès de la spiritualité pour lui poser quelques questions en rapport avec sa vision des choses et ses convictions, dans l’objectif de comprendre mais aussi de la contredire avec des questions pièges.

Mais avant de vous raconter leur discussion, rappelons ce que sont la spiritualité et la rationalité.

C’est quoi la spiritualité ?

La spiritualité concerne des questions liées à l’esprit, aussi largement que l’esprit peut être conçu. De ce fait, elle a été caractérisée comme la recherche de la compréhension existentielle, du sens, du but et de la transcendance. Mais la majorité de l’humanité tend à décrire la spiritualité en termes religieux, rendant la discussion de la spiritualité très déconcertante, même d’un point de vue psychologique ou scientifique. Cependant, la religion et la spiritualité sont intimement liées. Une telle interdépendance peut se développer de plusieurs façons. On peut développer un haut niveau de spiritualité à la suite de la religiosité, ou on peut se tourner vers la religion qui reflète le mieux sa spiritualité.

C’est quoi la rationalité ?

Et la rationalité est la qualité de ce qui, dans l’ordre de la connaissance, est rationnel. C’est-à-dire ne se comprend que par l’usage de la raison en se basant sur son intelligence et en faisant abstraction de ses émotions, ses pulsions, ses intuitions, sa conscience etc.

Maintenant que nous avons bien compris ces deux mots, revenons à la discussion entre la spiritualité et la rationalité

Discussion entre la spiritualité et la rationalité

La spiritualité invita la rationalité à s’asseoir et lui donna la parole.

La rationalité lui dit : j’ai deux questions à vous poser.

La spiritualité répondit : Je vous en pries.

Premièrement, vous dites que la dimension spirituelle existe, mais je ne la vois pas ! Montrez la moi pour que je puisse vous croire.

Deuxièmement, vous dites que la liberté individuelle a des limites, vous critiquez l’individualisme, l’égocentrisme… Mais pourquoi ? Laissez les gens faire ce qu’ils souhaitent en fonction de leurs envies, ils ont le droit de réfléchir et d’agir individuellement, si il faut de manière égoïste sans se soucier des droits et bien êtres des autres individus.  

Après avoir écouté ces deux questions, la spiritualité répliqua : Vous voyez, j’ai en main cet objet.  Nous allons faire un test si vous me le permettez.

D’accord répondit la rationalité.

Une fois qu’elle eut son accord, la spiritualité lança vivement l’objet sur la rationalité. Sur le coup, elle eut très mal et ressentit une grande douleur. Mais elle ne comprenait pas pourquoi la spiritualité lui avait lancé cet objet et la menaça de porter plainte en justice.

Avec calme, la spiritualité poursuivit :

Dans votre première question, vous m’aviez demandé de vous montrer la dimension spirituelle pour que vous puissiez croire en son existence. De mon côté, je vous demande de me montrer la douleur pour que je puisse croire que vous avez mal.

Ensuite dans votre deuxième question, vous avez revendiqué la liberté individuelle et que chaque individu pouvait faire ce qu’il souhaitait dans sa vie, sans prendre en considération la dimension collective, c’est à dire les droits des autres et le bonheur collectif. De ce fait, sur l’instant, j’ai eu envie de vous lancer cet objet sans me soucier de votre bien être.

Alors pourquoi souhaitez-vous porter plainte en justice ? Pour faire valoir vos droits ?

C’est un peu paradoxale non ?

En finalité, vous croyez en une douleur que vous ne voyez pas  mais que vous ressentez. C’est pareil pour la dimension spirituelle, il faut savoir la ressentir.

En ce qui concerne la liberté qui vous pousse à faire valoir vos droits quand cela vous touche personnellement, c’est aussi une forme d’égocentrisme, il faut savoir que la liberté des uns s’arrête là où commence celle des autres.    

Discussion entre la spiritualité et la rationalité Omer Taki TO academy